Des animaux maltraités au service de notre alimentation.

Publié le par Grégoire, Clément, Jade et Laëtitia

Au hit-parade des aliments, il est vraiment bien placé, l’œuf ! Car il est à la fois nourrissant et pas cher. Mais méfiez-vous de son apparente simplicité: pour bien le cuisiner, vous devez bien le connaître...

Des animaux maltraités au service de notre alimentation.

Certaines poules sont élevées dans des conditions plus effroyables que d'autres, ça fait une grosse différence. Sur chaque emballage, le mode d'élevage doit être précisé et sur chaque œuf est inscrit un code : il indique les conditions de vie de la poule qui l'a pondu.

Des animaux maltraités au service de notre alimentation.Des animaux maltraités au service de notre alimentation.
Des animaux maltraités au service de notre alimentation.Des animaux maltraités au service de notre alimentation.
Des animaux maltraités au service de notre alimentation.

La maltraitance des poussins

Après une sélection afin de garder les futures poules et coqs destinés à l'alimentation, arrive le problème des poussins restants. Différentes techniques sont alors utilisées pour éliminer ces animaux qui dérangent. Parfois simplement placés dans des caisses et jetés aux ordures, on ne prend pas le temps de les tuer. Parfois on les place dans des sacs plastique, simplement quelques coups contre le sol et on les considère morts, même si le sac bouge encore. La technique la plus radicale reste le broyeur, les poussins sont déplacés avec un tapis roulant et tombent dans le broyeur, en ressort alors une « bouillie » de poussins réutilisée pour l'alimentation de certains animaux et parfois même pour l'alimentation humaine. Les derniers restants sont soit laissés à demi mort au sol, soit récupérés pour qu'on leur torde le cou.

Les poissons

Nous nous sommes intéressés à la consommation des poissons péchés dans les grands fonds. Il faut savoir que cette pêche est réalisée par une remontée de filets contenant des poissons vivant en profondeur. Ainsi, lorsque le filet remonte ils subissent un changement de pression radical qui les trouble. Ce changement de pression entraîne le gonflement de la vessie natatoire et les yeux deviennent exorbités. Après la souffrance lors de la pêche, le calvaire des poissons continue lors de l’abattage. Leur mort est en fait entraînée par le vidage des parties intérieures non comestibles qui les tue progressivement. Ils peuvent peut-être se rendre compte de cela et souffrent. Une étude a permis de démontrer que tels les mammifères et les oiseaux, les poissons possèdent un système nerveux sensible à la douleur. Les normes officielles n’en tenant pas encore compte il n'est pour le moment pas punissable de maltraiter les poissons. C’est pourquoi ils vivent des moments parfois plus atroces que les mammifères ou les oiseaux lors de la pêche.

Sources principales : http://www.l214.com/poissons
http://soocurious.com/fr/poissons-mer-peche-bateau-danger/

Des animaux maltraités au service de notre alimentation.

Les lapins

D'où vient le lapin bien doré dans votre assiette ? Acheté dans un supermarché, les industriels savent ce qu'il faut marquer pour que vous continuiez a en acheter. Mais savez vous vraiment ce que vous mangez et ce que les grands groupes sont capables de vous faire ingérer ?

Des lapins entassés dans des cages au sol grillagé, des mères lapines réduites à l'état de machines à produire des petits, des injections considérables d'antibiotiques, des morts par dizaines restants dans les cages, des lapereaux écrasés vivants..

1) L'élevage en batterie avant la mort en série

En France, plus de 40 millions de lapins "vivent" dans des cages. Ces enclos sont des sources permanentes d'inconfort ainsi que de multiples blessures. Les élevages comptent en moyenne chacun plus de 6000 bêtes. Il faut savoir que les lapins sont des animaux très sensibles et craintifs : la plupart des éleveurs diffusent le son d'une radio afin de couvrir les bruits de cages et de mise en route des diverses machines.

La place dont dispose un lapin durant toute sa "vie" est, tenez vous bien, celle d'une feuille A4. Il est donc impossible pour eux de se déplacer, se dresser, se cacher, bondir, ronger, fouiner.. Les activités normales dont un lapin a besoin pour vivre sainement. Durant la phase d'engraissement, le moindre déplacement dérange les autres lapins ce qui cause de fréquentes agressions occasionnant par la suite blessures et infections.

 

Des animaux maltraités au service de notre alimentation.

2) Reproduction

Les reproducteurs sont sélectionnés dès leur naissance. Ils sont choisis puis conditionnés pour être envoyés dès leur premier jour de vie vers les élevages où ils seront parents ou grands-parents. Les lapines vivent isolées les unes des autres et sont inséminées 10 jours après chaque mise bas. Elles donnent naissance à une dizaine de petits par portée ; plus d’une soixantaine par an. Elles souffrent en outre de lésions aux pattes et de déformations du squelette.

3) Éliminations précoces

Dès la naissance, les petits sont triés : ils sont répartis en fonction de leur taille et de leur poids. 8 à 9 sont placés avec chaque lapine. Les malades, les plus petits et ceux en surnombre sont assommés sur le rebord d'une caisse ; il arrive que certains agonisent ensuite au milieu des morts-nés. Il arrive que certains lapereaux naissent en dehors des nids. La nourriture des lapins est supplémentée en vitamines, minéraux, antibiotiques et autres médicaments. Pourtant, un quart des lapins meure avant d’atteindre l’âge où ils sont abattus. Vers deux mois et demi, les lapins sont entassés dans des caisses et conduits à l’abattoir. Ils y sont étourdis, saignés, dépecés, éviscérés. Les images d'abattoir sont des scènes pouvant apparaître comme choquantes. Ce sont pourtant les images ordinaires de la mort des lapins.

Des animaux maltraités au service de notre alimentation.

Pour résumer ces différents thèmes, on retiendra de ces industries la souffrance que des hommes infligent à de petits êtres vivants pour satisfaire les masses. En dénonçant ces pratiques nous espérons une prise de conscience des lecteurs, pour un avenir plus respectueux du monde animal. "Une vie de souffrance pour un morceau de viande" ?

Publié dans santé, société